Experts en droit de l'internet et de l'informatique depuis plus de 20 ans, à votre écoute : +33(0)1 42 60 04 31

CLOUD COMPUTING

 

Le terme «Cloud» désigne aujourd’hui de manière générale un nouveau modèle à la fois de distribution et de consommation de l’informatique qui consiste à mettre à disposition via les réseaux de communication et à la demande (= «as a service»), un ensemble de « ressources » (puissance de calcul, stockage de données, applications, etc.) et de «services » (gestion, administration, etc.). Celles-ci seront mutualisées, dématérialisées, contractualisées, évolutives et en libre-service.

Le Cloud Computing est constitué de différentes composantes – dont il est indifféremment l’une, les deux ou les trois combinées :

  • SaaS (Software as a Service) : concerne la mise à disposition d’applications d’entreprise : CRM, outils collaboratifs, messagerie, Business Intelligence, ERP, etc.
  • PaaS (Platform as a Service) : concerne la mise à disposition de plates-formes de middleware, de développement, de test, d’exécution d’applications…
  • IaaS (Infrastructure as a Service) : concerne la mise à disposition de ressources informatiques (puissance CPU, mémoire, stockage…).

 

Le Cloud Computing est donc une nouvelle forme d’externalisation qui repose sur la mutualisation des ressources.

Le modèle économique associé s’apparente à la location de ressources informatiques avec une facturation en fonction de la consommation.

La gamme d’offres correspondantes a connu un fort développement ces dernières années, notamment au travers du stockage et de l’édition en ligne de documents.

Ces offres sont proposées dans des Clouds publics (service partagé et mutualisé entre de nombreux clients), privés (Cloud dédié à un client) ou hybrides (combinaison des modèles public et privé).

Le contrat doit s’appuyer sur un catalogue de services clairement définis, chaque service étant adossé à des engagements de niveaux de service clairs.
La standardisation des offres et le recours par les prestataires de Cloud à des contrats d’adhésion pour formaliser leurs relations contractuelles avec leurs clients laissent peu de marge de négociation à ces derniers.

 

Les risques encourus par les entreprises résultent d’une perte de contrôle sur les données produites par le système d’information.

Il convient de porter une attention particulière aux clauses de disponibilité, sécurité, confidentialité, réversibilité, ainsi qu’à la protection des données personnelles.

Le Cloud ne fait disparaître ni la complexité de la gestion informatique, ni la complexité juridique lorsque la relation avec le prestataire devient conflictuelle.

En savoir plus :

Livre Blanc du Syntec : « Cloud computing Nouveaux modèles ! », mars 2012.
Cigref : « Les fondamentaux du Cloud computing : le point de vue des grandes entreprises », mars 2013.

Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text. captcha txt